Affichage des articles dont le libellé est Environnement. Afficher tous les articles

L'Etang de Thau moins pollué



Une étude de l’Ifremer de Sète démontre une évolution positive de l’eau de la lagune sur 50 ans. Depuis les années 1970 la population a doublé sur la région de Sète. On a constaté une augmentation des rejets de nitrate et de phosphate dans l’eau. Une pollution qui a nourri le phytoplancton, qui s’est multiplié, provoquant une disparition des herbiers au fond de l’étang. Un bouleversement qui a amené la multiplication des épisodes de «malaïgues», une sorte d’asphyxie de l’étang.

*** sur francetvinfo.fr ***

C'est le plus grand plan d'eau de la région Occitanie et un lieu propice à la conchyliculture depuis l'Antiquité. À Marseillan, dans l'Hérault, l'étang de Thau représente 7 000 hectares séparés du golfe du Lion par un cordon de sable. Un écrin terni par des problèmes de pollution pendant des décennies. Les coquillages étaient régulièrement asphyxiés par le pourrissement des algues. [...] Lire l'intégralite de l'article
[...] Lire la suite de l'article

Hérault : l'état des eaux s’améliore

 L’Avèze : des eaux de qualité

Cinq nouvelles rivières des bassins Rhône-Méditerranée et Corse, dont deux en Occitanie et trois en Bourgogne/Franche-Comté/Grand Est, s’ajoutent désormais à la liste des 64 rivières labellisées « en bon état » en France. Deux rivières en Occitanie. Cette distinction écologique, décernée par l’agence de l’eau depuis 2015, valorise les cours d’eau d’un bon niveau de qualité écologique et les actions des gestionnaires qui ont permis d’assurer ce succès. En Occitanie, deux cours d’eau supplémentaires ont donné satisfaction en 2019 : l’Avèze, dans l’Hérault et le Saint-Jaume. [...] Lire la suite
[...] Lire la suite de l'article

Espadon de 2 mètres au large du Languedoc

Espadon Golf du Lion

C'est une rencontre assez inédite pour les plongeurs "Los Cabussaïres" de la MJC d'Agde. Cette semaine, ils sont tombés nez à nez avec un imposant espadon à peine à 200 mètres du rivage et de la digue Richelieu. "Nous étions en train de plonger du coté des tables, au large de la plagette du Cap d'Agde quand notre attention a été attirée par un espadon adulte qui tournait autour de nous. Cette espèce inoffensive pour l'homme est toujours impressionnante et surtout très rare si prés des côtes " indique Patrick Rouanet. [...] Lire la suite
[...] Lire la suite de l'article

La forêt de l’Aigoual labellisée


La forêt domaniale de l’Aigoual devient la douzième forêt française labellisée aprés : Fontainebleau, Verdun, Grande Chartreuse, Rouen, Val Suzon, Montagne de Reims, Bercé, Tronçais, Bassin d’Arcachon, Sainte-Baume et Boscodon. Ce label distingue l’excellence de la gestion des forêts reconnues pour leur patrimoine unique en termes d’histoire, de paysages, de biodiversité et d’activité forestière.

*** france3-regions.francetvinfo.fr ***

La forêt domaniale de l'Aigoual dans les Cévennes est née à la fin du 19ème siècle, quand un programme de reboisement a été mis en place pour lutter contre l'érosion. Le sol était très érodé et l'Etat a décidé en 1875 une politique de reboisement, explique Nicolas Karr, directeur de l'Office National des Forêts Gard/Hérault. […] Lire l’intégralité de l’article
[...] Lire la suite de l'article

Dauphins prés de Sète

Dauphins au large de Sète

Les dauphins fréquentent avec assiduité nos côtes. Ce qui est plus rare, c’est que ceux observés sont de l’espèce Tursiops. Ils chrechent de quoi manger. Preuve que les eaux de notre littoral sont saines, ils y trouvent des bancs de bogues (NDLR: genre de sardine) ou de poulpes dont ils sont friands. Le grand dauphin est aussi appelé dauphin à gros nez ou Tursiops. Mesurant de 2à4 m, pour un poids de 150 à 400 kg.

*** www.herault-tribune.com ***

La scène assez incroyable a été filmée en juin dernier à l'entrée du port de Sète. Un plaisancier a juste eu le temps de prendre son téléphone pour immortaliser le spectacle donné par une bonne dizaine de dauphins à l'entrée du port de Sète. Ce n’est pas la première fois que de telles observations sont réalisées sur le littoral heraultais. Réaparaitront-ils cette année à la même période ? […] Lire l’intégralité de l’article
[...] Lire la suite de l'article

Le vin bio du Sud millésime 2018 avec un logo

Vins bio cab

Avec environ 20.500 hectares (ha) de vignes cultivées en agriculture biologique ou en passe de le devenir, la région Languedoc-Roussillon représente près d'un tiers du vignoble bio. La région Occitanie, et plus précisément le Languedoc, sont en première ligne pour alimenter les linéaires avec près de 4 000 ha actuellement en période de conversion avant d'obtenir le fameux label bio AB. La région Occitanie représente 35% des surfaces viticoles bio françaises. Un nouveau logo "en conversion vers l'Agriculture biologique", destiné à aider les viticulteurs en transition vers le bio en Occitanie et à répondre à une forte demande des consommateurs, a été lancé.

*** sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr ***

Créé et géré par Sudvinbio, le logo CAB, a été porté par toute la filière bio régionale, producteurs et metteurs en marché. Il sera apposé sur les bouteilles de vins d’Occitanie en conversion vers l’AB dès le millésime 2018. Valable aussi bien pour les producteurs que les négociants, le logo sera "applicable pour le millésime 2018", mais ne sera pas rétroactif. D’après la charte éditée par l’association, il faut être adhérent à Sudvinbio pour se prévaloir du logo, être en C2 et C3 (2e et 3e année de conversion), fournir une analyse de résidus pour chaque lot, et produire en Occitanie (pour l’instant, avant une éventuelle extension du statut à l’échelle nationale), tout en veillant à ce que la mise en rayon ne prête pas à confusion avec les vins issus de l’agriculture biologique. 
Les metteurs en marché impliqués dans la démarche se sont engagés à valoriser ces vins à un niveau presque équivalent à celui des vins certifiés bio.
[...] Lire la suite de l'article

Mini-marée noire en Languedoc

Marée noire dans le Languedoc

Notre terroir souillé à cause par la pollution à cause d’un navire tunisien, parti de Gênes vers Tunis, est entré en collision avec le porte-conteneurs chypriote, au mouillage à environ 28 km au nord-ouest du cap Corse. Le ministre de l’Environnement François de Rugy a dénoncé lundi le « comportement anormal du navire tunisien » qui s’est encastré dimanche dans un porte-conteneurs chypriote à 28 km du cap Corse, donnant lieu à une nappe d’hydrocarbures « de 600 tonnes ».

*** sur www.20minutes.fr ***

Après Carnon, Villeneuve-lès-Maguelone et Sète, de nouvelles traces d’hydrocarbure ont été découvertes sur des plages de l'Hérault, depuis dimanche. Selon la préfecture, des « galettes allant jusqu’à 30 cm ont été détectées sur le littoral ». Par mesure de précaution, l’accès à certaines plages,​ la baignade ainsi que les loisirs nautiques ont été interdits. C’est le cas à Frontignan, où la commune a pris ce mercredi un arrêté municipal « interdisant l’accès aux plages jusqu’à nouvel ordre ».. […] Lire l’intégralité de l’article

[...] Lire la suite de l'article

Bilan des inondations dans l’Aude

Inondation Languedoc

Au compte initial de 14 victimes dans les inondations qui ont frappé l’Aude les 14 et 15 octobre derniers, s’ajoute désormais un 15e nom. Pour rappel, 14 autres personnes ont perdu la vie : six à Trèbes, trois à Villegailhenc, deux à Villalier, une à Villardonnel, une à Carcassonne, et une dans le secteur de Puichéric-Saint-Couat-d’Aude. 75 personnes ont également été blessées dans les pires inondations qu'a connues la région depuis 1891.

*** sur ladepeche.fr ***

Deux semaines après les inondations meurtrières, les habitants se relèvent. Certains sont encore logés à l’hôtel, d’autres, qui ont tout perdu, ne rentreront jamais chez eux. Les autres nettoient sans relâche. L’eau s’est écoulée mais dans les rues, les maisons, les murs, au sol et au plafond, partout demeurent les traces indélébiles des inondations. Deux semaines après les pluies meurtrières qui ont fait 14 morts dans l’Aude, les villages sont toujours submergés par la désolation. À Villegailhenc où les pluies torrentielles ont fait trois morts, c’est le ballet des remorqueuses, des brouettes et le grondement des sécheurs d’air électriques qui rythment le quotidien des riverains. À l’entrée du village de 1 000 habitants, la maison d’Annette semble avoir été épargnée. Du moins de l’extérieur. Quand elle ouvre la porte, c’est une image terrible : son rez-de-chaussée est dévasté. Les murs sont gorgés d’eau, fissurés et moisis. De la vague qui a submergé sa maison, Annette n’a pu sauver qu’une petite table en bois pour la cuisine, pas même les souvenirs de son mari. Des proches lui ont donné un four, une bouilloire, des chaises et une lampe. Sous la violence de l’eau, la baie vitrée a explosé, son fils a fixé à la place une bâche en plastique et un isolant qu’il a caché derrière des rideaux neufs. […] Lire l’intégralité de l’article

[...] Lire la suite de l'article

Exceptionnel : naissance de tortues sur la plage

Tortues en Languedoc

Hérault : 66 bébés tortues naissent sur la plage, une première en Méditerranée française sur une plage de Villeneuve-les-Maguelone (Hérault). Un événement exceptionnel, pour une espèce menacée. Une espèce menacée par le tourisme et la pêche industrielle. C’est peu dire que ces naissances exceptionnelles représentent une bouffée d’air frais pour les chercheurs… et pour l’espèce. Car ces tortues de mer, que l’on retrouve dans les océans du monde entier, sont une espèce menacée.

*** sur lagazettedemontpellier.fr ***

Il s'agit d'un phénomène exceptionnel. Dimanche 7 octobre, 58 bébés tortues ont rejoint la mer, après avoir éclos sur la plage, aux alentours de Villeneuve-lès-Maguelone. Ce jeudi, La Gazette de Montpellier revient sur les secrets de cette incroyable naissance. Un article à découvrir en kiosque jusqu'au mercredi 24 octobre. […] Lire l’intégralité de l’article

[...] Lire la suite de l'article

Un rorqual commun de 17 mètres échoue

Baleine en Méditerranée

Ce sont des plongeurs d'un club qui ont signalé la présence d’un cétécé qui dérivait tout doucement au large du Cap d'Agde. Un rorqual commun, de 17 mètres de long en état de décomposition. Ce cétacé est le deuxième animal marin le plus gros après la baleine bleue.

*** sur www.herault-tribune.com ***

Scène incroyable ce vendredi après midi au large des plages du Cap d'Agde. Un cétacé de grande envergure est repéré aux larges des cotes de la plage du Môle. Il semble immobile. C'est Emmanuel Thierriaz, gérant d'une société de location de bateaux bleu marine plaisance qui a donné l'alerte : " j'étais en mer avec un groupe quand nous avons repéré une grosse tâche blanche. En s'approchant, on a découvert un mammifère mort" confie le jeune-homme avant d'ajouter, "c'est très impressionnant, c'est la première fois que je vois ça Rapidement sur place, les hommes de la SNSM  sont face à un rorqual commun de 17 mètres de long en état de décomposition déjà avancé. Cette espèce est le deuxième plus grand animal vivant sur la planète. […] Lire l’intégralité de l’article

[...] Lire la suite de l'article

Aqua Domitia, 3e tranche de travaux

Aqua Domitia

Vaste opération démarrée en 2012 et visant à sécuriser l'alimentation en eau de la région en puisant dans le Rhône, le rêve de Philippe Lamour, le grand aménageur du territoire national. Ce dernier avait effectuer dans le cadre du Plan Marshall, une mission d’études aux États-Unis, auprès de la Tennessee Valley Authority qui servira de modèle à son grand œuvre : la mise en irrigation par une prise au Rhône d’une partie du Languedoc, sous l’égide de la Compagnie d'aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc. Il est considéré comme le père de l'aménagement du territoire en France.

*** sur lindecapant.fr ***

La Région attibue près de 30 M€ pour la préservation et la sécurisation de la ressource en eau. La Commission permanente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, réunie sous la présidence de Carole Delga, ce vendredi 20 juillet à Montpellier, a adopté le soutien à la 3ème et dernière tranche de travaux du programme Aqua Domitia, entre les maillons Nord Gardiole et Biterrois. Cette aide s'inscrit dans la continuité du Plan d'intervention régional pour l'eau, voté en juin dernier, afin de mieux considérer les enjeux actuels liés à la gestion de l'eau. « Il s'avère aujoud'hui essentiel de mener une politique ambitieuse concernant la gestion de l'eau. Notre plan d'intervention régional nous permet, face aux riques hydrologiques de plus en plus présents, de contribuer à préserver ce bien commun. Il s'agit également de maintenir la qualité du cadre de vie de nos habitants, de leur environnement, et d'assurer à tous un accès durable.. […] Lire l’intégralité de l’article
[...] Lire la suite de l'article

Des dauphins en petite Camargue

Dauphin de Camargue

De nombreuses espèces de dauphins vivent en Méditerranée, mais il est rare de pouvoir les observer. Mille grands dauphins ont été récemment identifiés le long des côtes de la Méditerranée. Cela montre que la qualité de l'eau s'améliore et que la protection de ces mammifères porte ses fruits.  On en distingue principalement 5 espèces dans le Golfe du Lion : 
-Dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba)
-Dauphin commun à bec court (Delphinus delphis)
-Grand dauphin (Tursiops truncatus)
-Globicéphale noir (Globicephala melas)
-Dauphin de Risso (Grampus griseus)

*** sur midilibre.fr ***

Les mammifères marins, une cinquantaine selon le plaisancier gardois qui a tourné les images, nageaient dans la baie du Grau-du-Roi (Gard). Jolie rencontre pour un plaisancier gardois, dimanche 4 février après-midi, dans la baie du Grau-du-Roi (Gard). Vers 14 h 30, peu après la sortie du port, il est tombé sur un banc de dauphins qui nageaient au large du Grau-du-Roi et de La Grande-Motte (Hérault).. […] Lire l’intégralité de l’article
[...] Lire la suite de l'article

La culture du vin en biodynamie

biodynamie

Vigneron propriétaire en Languedoc Roussillon, Gérard Bertrand poursuit le déploiement de la culture en biodynamie sur ses domaines viticoles portant à 350 hectares les surfaces concernées, soit plus de la moitié des vignes sous sa responsabilité. Convaincu très tôt qu’une viticulture en harmonie avec la nature était la meilleure voie pour révéler la typicité d’un terroir et élaborer de grands vins, Gérard Bertrand s’est engagé dès 2002 sur la voie de la biodynamie au Domaine de Cigalus, à Bizanet dans l’Aude. Aujourd’hui, les 75 hectares du domaine sont conduits en biodynamie, dans le respect de la certification Demeter, l’organisation de référence pour la biodynamie dans le monde.

*** sur parismatch.com ***

Sur une terre longtemps réputée pour sa production médiocre, cet ancien rugbyman a accompli des miracles. Propriétaire de quatorze châteaux, il a hissé les vins des Corbières au niveau mondial. Est-ce son énergie mystique qui l’a aidé à bâtir son empire ? Ou son esprit de compétition ? Entre yoga, méditation, « pensée positive » et biodynamie, cet as du marketing transforme tout ce qu’il acquiert en succès et en divin nectar. Les bouteilles à son nom se dégustent de New York à Tokyo, sans oublier la Chine, le Canada et la Russie. L’homme aime à citer Paul Claudel : « Le vin, c’est la nature élevée à la dignité de sacrement. » Un vigneron mystique. Un enfant des Corbières devenu ce puissant businessman qui, du haut de son 1,95 mètre, règne sur l’univers viticole du Languedoc-Roussillon, première région productrice de vin au monde. Gérard Bertrand, 52 ans, une belle gueule et le contact facile, est un personnage hors normes. Homme de passion, de convictions, il dégage un charisme chaleureux, l’indéfinissable énergie des leaders. Son slogan : l’art de vivre les vins du Sud. Sa mission depuis trente ans : promouvoir sa région et ses vins, jusque-là méprisés pour cause de médiocrité par les amateurs, les restaurateurs et les acheteurs, et militer pour la biodiversité et le respect de la nature. « Rivaliser avec les meilleurs, affirmer le potentiel de ma région, révéler ses racines et sa culture sont devenus ma principale raison de vivre », s’emballe-t-il en 2015 dans son autobiographie. […] Lire l’intégralité de l’article
[...] Lire la suite de l'article

Sauver l’anguille du Languedoc

anguille du Languedoc

La pêche à l’anguille a toujours existé en Languedoc Roussillon car elle se plait dans les lagunes . Elle a nourri des générations d’habitants proches des étangs. Aujourd’hui, il y a environ 200 pêcheurs d’anguilles sur notre littoral (13 au Grau du Roi, 27 à Palavas, 4 à Valras, 17 à Gruissan, 29 à Port la Nouvelle et aux Bages,8 à Leucate, 13 à Barcarès 6 à Saint Cyprien). L’espèce en forte régression depuis les années 80, depuis 2007 il y a un plan de gestion et de sauvegarde en Europe.

*** sur midilibre.fr ***

L'idée ? Participer à un plan de gestion des bassins occitaniens où se pêche l'anguille, du Grau-du-Roi à Gruissan, en passant par Palavas ou Sète, en libérant une partie des prises pour favoriser la reproduction. Car cette pêche est menacée : la commission européenne vient de proposer de l'interdire dans les eaux de l'UE, même si la Méditerranée ne serait - pour l'instant - pas concernée. “Cette année, ils ont 200 kg par pêcheur à relâcher, le quota varie selon le nombre de licences”, explique Aurélie Carrie. Soit 172 professionnels cette année dans la région. En contrepartie, ils perçoivent une indemnité par kilo reversé (3,50 à 7,50 €) de la direction des pêches. L'expérience est menée depuis 2011 entre fin octobre et décembre, lors de la dévalaison de l'anguille qui part de là où elle a grandi pour aller se reproduire, sans doute en mer des Sargasses, dans l'Atlantique (lire ci-contre). Quelque 145 tonnes ont ainsi déjà été prélevées. […] Lire l’intégralité de l’article
[...] Lire la suite de l'article

Un collège au bord de la mer

collège Emmanuel-d’Alzon

Image qui fait rêver ! Et là on se dit tous "Si j'avais eu ce collège, j'aurai trouvé l'école plus sympa et j'aurai surement réussi mes études ! "

******

-- sur 20minutes.com --

Un collège a fait sa première rentrée… au bord de la mer
Quand les collégiens se réfugient au bar du coin ou squattent les bancs lorsque les cours sont terminés, eux vont s’allonger sur le sable et se tremper dans la Méditerranée…
20 Minutes est allé à la rencontre des élèves d’un établissement un peu spécial, le collège Emmanuel-d’Alzon, au Grau-du-Roi, une station balnéaire du Gard. Un établissement privé catholique sous contrat d’Etat construit… au bord de l’eau. « On file à la plage ! »
La semaine dernière, c’était la toute première rentrée pour cet immense chalet de quelque 4.200 m2, aux faux airs de paquebot, du côté du Boucanet, tout près de la Grande-Motte et de la frontière avec l’Hérault. Ici, 320 collégiens planchent sur les programmes de la 6e à la 3e, avec, en prime, une vue imprenable sur la mer. […]
[...] Lire la suite de l'article