Vents du Languedoc



Les vents du nord, éléments indissociables du Languedoc

Le Languedoc est un des endroits le plus venté d’Europe (seuls le nord de l’Irlande, l’Ecosse et les rives ouest de la Scandinavie rivalisent). Les records d’ensoleillement en sont la conséquence directe.

Tramontane et Mistral naissent de la même configuration atmosphérique : lorsqu'une zone anticyclonique se dirige vers l'Espagne et le sud-ouest de la France (l'anticyclone des Açores remonte) et qu'une dépression se forme autour du golfe de Gênes. L'anticyclone dirige vers le sud un flux de nord-ouest à nord qui provoque l'advection de masses d'air froides et stables. La durée de ces vents est corrélée à la durée du comblement de la dépression du golfe de Gênes, et les deux vents se maintiennent à peu près simultanément. En outre, la force de la tramontane, comme celle du mistral, chute nettement au cours de la nuit.
Ils chassent les nuages vers le large et amène le beau temps.

Ils sont considérés comme bénéfiques par les locaux car ils nettoient la nature des pourritures, champignons (Mildiou) et insectes nuisibles (moustiques). Au contraire des vents du sud, chargés d’humidité et de maladies, qui annoncent les inondations (phénomènes cévenols).

On dit souvent dans le Languedoc que le Cers (ou Tramontane) est le vent des anges, et le marin (vent du sud) celui des morts.

Tramontagne ou Cers
La Tramontagne prend le nom de "Cers" dans l'Aude. Vent du nord-ouest, il souffle en moyenne 270 jours par an avec des rafales pouvant dépasser les 100 km/h. C'est un vent sec et frais mais rarement chaud, au point parfois de faire descendre la température en plein été.

Mistral
Vent de nord (nord-ouest selon où on se trouve), souvent concomitant avec la Tramontane. Il est plus fréquent dans l’arrière-pays qu’en bord de mer, à la différence de la tramontane. Il souffle en moyenne 130 jours par an avec des rafales pouvant dépasser les 100 km/h. Il est sec et constitue un des facteurs favorable à l’exploitation des salines, élément de richesse pendant des siècles. Froid en hivers et en automne, il est chaud en été et aggrave les incendies.

Vents du sud

Moins fréquents que ceux du nord, ils jouent pourtant un rôle déterminant à l’arrivée de l’automne puisqu’ils sont responsables des fameux "phénomènes cévenols" ou "épisode méditerranéen".
En automne, ces vents poussent les grandes masses d'air humides, évaporées d’une mer Méditerranée encore chaude, vers le relief. Au contact des masses d’airs froides dans les montagnes, un phénomène de condensation se produit créant de fortes pluies torrentielles et des inondations dévastatrices.
    Voir commentaires Blogger
    Voir commentaires Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

HAUT