La plus ancienne barre chocolatée de France reste en Languedoc

Le bon Malakoff

C’est en 1828 que Conrad Van Houten découvre le moyen de fabriquer de la poudre de cacao consommée surtout en boisson chaude. Mais c’est en 1847 que trois frères découvrent qu'en mélangeant du beurre de cacao, du chocolat en poudre et du sucre, on obtient une pâte molle qu'il est possible de verser dans des moules pour le durcir. 

En 1855 apparaît en France la fameuse barre chocolatée Malakoff. Une gourmandise créée à la demande de Napoléon III, suite à la victoire de la bataille de Malakoff (guerre de Crimée), sous les ordres du général de Mac Mahon. Dans les années cinquante, le Malakoff fut racheté par la société Cemoi qui, durant deux générations, a alimenté les familles en barres chocolatées jusqu'à l'arrêt de sa fabrication, fin 1990.

Mais c'était sans compter sur la ténacité d'un passionné, Roman Chollier, artisan chocolatier, qui, dès 2011, faisait revivre “Le bon Malakoff”, inscription qui figurait sur l'emballage de papier doré… Une belle histoire qui a débuté dans son atelier de fabrication, qui s'est prolongée dans sa boutique, à Saint-Christol-lès-Alès. Pour permettre son expansion, il quitte le Gard pour installer sa production à Banassac en Lozère, tout en restant aux portes du Languedoc.

*** sur france3-regions ***

Elles avaient disparu dans les années 1990. Les barres de chocolat Malakoff ont été recréées il y a dix ans par un petit crêpier d’Alès, Romain Chollier. Celui-ci a redonné vie à une marque datant de 1885, née à la demande de Napoléon III après la victoire du général Mac Mahon à Malakoff. Si l’on peut de nouveau manger ces barres aux éclats de noisette, c’est au départ un peu par hasard : c’est lorsque ses clients lui ont dit que sa pâte à tartiner leur rappelait le chocolat Malakoff que Romain Chollier s’est mis en tête de reconstituer la recette originale. […] Lire l’intégralité de l’article

Boutique Languedocienne
PARTAGER
    Voir commentaires Blogger
    Voir commentaires Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

HAUT